Ozzy : Barry’s New Friend

This is Ozzy and has been with me since he was 7-weeks old. As a Blue Heeler, his job is never done and has more energy than the sun. In fact, I am not certain if he actually sleeps, but my wife has observed him with eyes closed.

There is an intelligence with his breed that most dogs never reach, which makes training him a task. In fact, I can’t. The vet says, « all really intelligent dogs are difficult ».

Oh yeah. He’s difficult. He reminds me of me.

View original post

Publicités

Sergio Cezar : « Arquiteto do Papelao »

A Casa Feliz

Sergio Cesar source : http://revistablacklifebrasil.blogspot.fr

Une amie  me fait découvrir via Facebook un « frère ès carton », qui plus est dans un coin de pays qui m’est cher : Rio de Janeiro au Brésil.

Sérgio Cezar, artiste autodidacte, travaille depuis plus de 25 ans avec carton et matériaux de récupération, pour façonner en miniature l’habitat pittoresque de la « cidade maravilhosa », les « casarões » (manoirs) coloniaux et « sobrados » colorés du Vieux-Rio, les baraques biscornues des favelas. Des œuvres qui allient inventivité, précision du regard et grande poésie, des textures et des couleurs de toute beauté.

source : http://atelieartememoria1.blogspot.fr/2016/04/sergio-cesar-brasil-lembrarevocar-as.html source : http://atelieartememoria1.blogspot.fr/

source : http://atelieartememoria1.blogspot.fr/2016/04/sergio-cesar-brasil-lembrarevocar-as.html source : http://atelieartememoria1.blogspot.fr/

Les « maisons en carton » de Sérgio acquéraient une renommée dans tout le Brésil après la commande par la Rede Globo d’une favela miniature presque entière (plus de 3000 maisons…) pour le générique de la télénovela « Duas Caras ». Formidable support pour des actions sociales à destination d’une jeunesse défavorisée, elles s’exposent aussi maintenant dans…

View original post 28 mots de plus

« Maison Parisienne » qui touche le ciel … by A Casa Feliz

Cette galerie contient 30 photos.

Originally posted on A Casa Feliz:
« – C’est grave, docteur ? – Et bien… » La folie gagne les cheminées et mitrons à ce que l’on peut voir. Mais plus facile de sortir un Parisien de Paris, que Paris d’un Parisien… Et dans ce déluge baroque, Paris est là, Paris survit, toujours présent ici ou là…